Pakistan : Un acquittement historique


Partager
Pakistan : Un acquittement historique
Par Angélique Tasiaux
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
2 min

C'est une nouvelle qui réjouira tous les partisans de la démocratie. La jeune Rimsha vient d'être acquittée. Paul Bhatti est ravi du verdict, qu'il dédie à son frère tragiquement décédé.
C’est la première fois qu’une procédure judiciaire pour blasphème se conclut de cette manière au Pakistan. Cette sentence constitue un précédent, qui sera précieux pour les autre cas de blasphème en attente de jugement.

La Cour a accepté la thèse de la défense basée sur les déclarations de trois témoins musulmans qui accusaient l’imam Khalid Jadoon Chishti d’avoir fabriqué des preuves contre Rimsha, injustement accusée de blasphème.

Le conseiller spécial du premier Ministre pour l'Harmonie et responsable de l'APMA (All Pakistan Minorities Alliance), qui a géré le cas de Rimsha, Paul Bhatti estime qu'il s'agit d'une "très bonne nouvelle. Je suis très satisfait. Il s'agit d'un progrès historique pour le Pakistan. C'est un verdict qui lance deux messages clairs au pays. Le premier concerne la justice. Nous pouvons avoir confiance dans notre système judiciaire. Il est important de croire dans le respect de la légalité. Le second concerne ceux qui ont utilisé ou entendent abuser de la loi sur le blasphème à des fins personnelles. Il est clair que désormais tout abus sera puni et que de nombreuses victimes innocentes seront ainsi évitées".

À nouveau confiance dans la justice

Bhatti dédie le verdict à son frère Shahbaz, assassiné pour s'être dépensé en faveur d'Asia Bibi et des victimes de la loi sur le blasphème. Après l'échec de l'emprisonnement d'Asia Bibi, les défenseurs de Rimsha ont estimé plus utile de suivre la procédure judiciaire que d'organiser des manifestations de chrétiens contre le blasphème, celles-ci courant le risque de dégénérer en affrontement entre chrétiens et musulmans.

L'ONG "All Pakistan Minorities Alliance" a profité de ce verdict pour proposer à nouveau la formation d'une "Commission mixte" qui comprendrait des responsables chrétiens, des experts, des avocats et des responsables musulmans, et serait chargée d’examiner les cas de blasphème supposés. En 14 ans, ce sont plus de 1.000 personnes qui ont été inculpées de blasphème...

Le cas de Rimsha "a de facto renforcé le dialogue interreligieux au Pakistan", a souligné le directeur de Justice et Paix. "Lors des débats, chrétiens et musulmans se sont retrouvés du même côté, pour défendre la légalité et la justice. Ensemble, ils ont condamné les abus de la loi sur le blasphème qui frappent en majorité des citoyens musulmans eux-mêmes".

fides/apic/at

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie