Mgr Vingt-Trois remet en garde contre les dérives du “mariage pour tous”


Partager
Mgr Vingt-Trois remet en garde contre les dérives du “mariage pour tous”
Par Pierre Granier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
2 min

À Rome, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a de nouveau expliqué son opposition au "mariage homosexuel" et mis en garde contre les risques de dérive que cette "réforme de civilisation" entraînerait.

À l'occasion de sa visite ’Ad Limina’, et dans la foulée des manifestations qui ont eu lieu à Paris et différentes villes françaises, Mgr Vingt-Trois a de nouveau fait part des raisons pour lesquelles le "mariage pour tous" était une grave erreur. Il s'est exprimé au centre culturel français de Rome lors d’une conférence donnée sur le thème de la famille.
Pour un enfant, "c’est tout de même quelque chose de savoir que l’on est ou non du même sang. Ce n’est pas uniquement un fantasme raciste", a affirmé le cardinal dans un discours en partie improvisé. À ses yeux, l’enfant élevé par un couple homosexuel reste "le pauvre enfant qui cherche d’où il vient".
Le président de la Conférence des évêques de France a mis en garde contre une dérive "marchande" qui pourrait toucher la famille. Un jour, "on pourra acheter un enfant sur internet, on pourra fabriquer des enfants et en mettre à disposition pour qui en veut". "Ils seront les enfants de qui et ils seront les enfants pour qui?", s’est-il interrogé devant une foule nombreuse composée en partie de cardinaux et évêques.

Effacer le côté structurant de la famille

Le cardinal Vingt-Trois a procédé à un long plaidoyer en faveur de la famille traditionnelle, défendant sa dimension anthropologique, religieuse et sociale. En affaiblissant la famille traditionnelle, "on perd une ressource considérable", a-t-il déclaré. Il s’est dit d’accord avec la Garde des Sceaux. Elle avait reconnu le ’mariage homosexuel’ comme une "réforme de civilisation" et "pas seulement deux ou trois virgules à changer dans le Code civil".
"Notre attachement à la famille n’est pas d’abord juridique ou moral mais théologal",
a souligné le cardinal Vingt-Trois. Il a ensuite lancé cet avertissement: "Si l’expérience familiale disparaît de la conscience humaine, nous perdrions quelque chose de ce qu’est Dieu et de sa relation avec l’humanité". Selon lui, "l’expérience conjugale humaine a une valeur de discours symbolique pour aider à comprendre la relation indéfectible de Dieu envers son peuple".
L’archevêque de Paris a déploré "des réactions agressives, irrationnelles (…) qui dévoilent peut-être un enjeu caché". "Il y a l’idée que la famille nous casse les pieds! Un des objectifs est d’effacer le côté structurant de la famille", a affirmé celui qui fut le promoteur, en août dernier, de l’initiative d’une prière pour la famille à l’occasion de l’Assomption.

 

Apic

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie