La rentrée au séminaire de Namur


Partager
La rentrée au séminaire de Namur
Par La rédaction
Publié le - Modifié le
3 min

Les vacances ne sont déjà plus qu'un souvenir pour les séminaristes du Séminaire Notre-Dame de Namur: comme tous les étudiants, ils ont repris la direction des salles de cours. Ils sont une soixantaine (dont 39 vivent au Séminaire), à espérer un jour, devenir prêtre. Devant eux une longue formation axée sur la philosophie et la théologie mais aussi l'apprentissage d'une vie pastorale. Mgr Léonard archevêque de Malines-Bruxelles lors de l'eucharistie qui a suivi la rentrée académique leur a rendu hommage: ''Pour devenir prêtre, aujourd'hui plus qu'hier, il faut du coeur au ventre, une liberté d'esprit, savoir aller a contre-courant des évidences''. Il les a invités encore ''à se laisser enflammer par un coeur plus grand celui du coeur humain de Dieu.''

Dans les universités, dans les écoles supérieures, la rentrée est marquée par une séance académique. Il en va de même au Séminaire Notre-Dame de Namur, lieu unique, depuis quelques années, de formation pour les séminaristes francophones du pays. Chaque diocèse francophone envoie donc ses futurs prêtres. Mgr Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles mais aussi Mgr Harpigny, évêque de Tournai; Mgr Jousten, évêque de Liège; Mgr Hudsyn, évêque auxiliaire du Brabant Wallon étaient présents, à l'aube d'une nouvelle année, pour les encourager. Tout comme Mgr Vancottem évêque de Namur et Mgr Warin évêque auxiliaire de Namur.
Le chanoine Joël Rochette, recteur du séminaire étant chargé de la leçon inaugurale, c'est l'abbé Jérumanis qui a prononcé le discours de rentrée. Il saluera ainsi tous les séminaristes et plus particulièrement ceux qui entrent en propédeutique (année de discernement), ceux qui découvrent le séminaire et ceux bien sûr qui y poursuivent leur formation. Une formation longue (7 ans) mais aussi exigeante.

''Les années de séminaire dira l'abbé Jérumanis sont des années de transformation dans toute la dimension de la personne. Ce n'est pas simplement se former à une profession c'est une configuration au Christ.'' C'est aussi la vie pastorale avec l'apprentissage de la collaboration, sur le terrain, avec les laïcs. L'abbé Jérumanis attirera encore l'attention de l'auditoire sur les 50 ans du concile Vatican II, un anniversaire qui va être fêté tout prochainement ainsi que sur l'ouverture de l'année de la foi. A l'attention des séminaristes, il insistera sur la foi vécue dans l'humilité: ''une foi humble permet de s'ouvrir au don de Dieu pour en vivre. Pendant sa formation, un séminariste doit grandir dans l'humilité de la foi. Une grâce à demander et à recevoir.''
C'est à Mgr Vancottem que reviendra l'honneur d'ouvrir cette nouvelle année de formation. En s'adressant aux séminaristes, il soulignera tout particulièrement la belle image de l'Evangile que donne le séminaire de Namur: celle de plusieurs diocèses qui travaillent ensemble pour investir un lieu de formation pour tous.

Retrouvez ce reportage sur le site du diocèse de Namur

Diocèse de Namur/CB


Dans la même catégorie