A Bkerké, le Pape appelle les jeunes à être des artisans de la paix


Partager
A Bkerké, le Pape appelle les jeunes à être des artisans de la paix
Par Jean-Jacques Durré
Publié le - Modifié le
3 min

Pour le deuxième jour de sa visite au Liban, le pape avait rendez-vous avec la jeunesse chrétienne du Moyen-Orient. Une rencontre placée sous le signe de l'espoir dans un contexte de troubles dans les pays arabes.

Agglutinés à l'entrée du site de Bkerké dès le début de l'après-midi, les jeunes reprennent en chœur les paroles d'un chant célébrant cette rencontre avec le pape. Au total, ils sont 20.000 à avoir obtenu le précieux sésame pour pénétrer dans le siège du patriarcat maronite. A 15 heures l'esplanade est déjà pleine. Le Pape n'est pas attendu avant 18 heures mais les jeunes venus de tout le Liban et même du Moyen Orient patientent joyeusement. Perchée sur une chaise, Nathalie a le sourire au lèvres. Elle est partie ce matin avec trois amis de Batroun, une ville du nord du pays : « C'est un événement pour tous les jeunes chrétiens, explique la jeune fille de 24 ans. Nous sommes honorés que le Pape se soit déplacé jusque chez nous pour apporter son message de paix. »

Le soleil commence à décliner quand le souverain pontife fait son apparition sous les applaudissements. « Benoit nous t'aimons, Benoit bienvenue. », scande la foule.

« D'habitude personne ne s'intéresse à nous »

Pour sa première visite dans le pays du Cèdre, le Pape a tenu à saluer cette jeunesse symbole « d'espérance et d'avenir». Mais cette rencontre c'est aussi l'occasion pour lui de rappeler la nécessité de vivre en paix entre communautés dans une région en proie aux troubles : « Il est temps que musulmans et chrétiens s'unissent pour mettre fin aux violences et aux guerres » déclare-t-il à la fin de son discours. Un message qui résonne d'autant plus face aux réactions violentes qui secouent le monde arabe depuis la diffusion sur internet d'extraits d'un film polémique, « L'innocence des Musulmans ». Mais aussi face au conflit syrien. Par l'intermédiaire des membres de la communauté syrienne présente à Bkerké, le Pape adresse un message au peuple du pays voisin : « Je ne vous oublie pas. Le Pape est triste à cause de vos souffrances et de vos deuils. ».

Accrochés aux barrières derrière la tribune de presse, des jeunes de la Bekaa (une région du nord est du Liban) sont parvenus à se hisser et écoutent attentivement le discours. Membre d'une organisation chrétienne, ils ont l'habitude de voir le Saint-Père tous les deux ans lors des Journées Mondiales de la Jeunesse. Mais sa visite au Liban a cette fois-ci un goût particulier : « Cela prouve que nous existons, que les Chrétiens du Moyen-Orient ont leur place. D'habitude, personne ne s'intéresse à nous, explique Anthony, 33 ans.

A l'issue de la cérémonie religieuse le Pape s'éclipse sous les clameurs. Le temps d'une soirée, l'appel à la paix semble avoir été entendu : « On en a marre de la guerre. On ne sait pas si son message sera respecté par tout le monde, explique Joseph. Mais pour nous c'est un symbole très important. Cela nous donne la force d'espérer ».

De notre correspondante au Liban
Coline Charbonnier

Voir le reportage de KTO

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie