Quel sort pour les catholiques d’Orient ?


Partager
Quel sort pour les catholiques d’Orient ?
Par Manu Van Lier
Journaliste de CathoBel
Publié le
2 min

L’assemblée annuelle de la ROACO (Réunion des Œuvres d’Aide aux Eglises Orientales) est très attendue, à l’heure où de plus en plus de catholiques sont persécutés dans les pays orientaux, notamment en Syrie.

C’est avec le discours du cardinal Leonardo Sandri que se sont ouverts ce mardi 19 juin les travaux de la ROACO qui tient son assemblée annuelle jusqu’au 20 juin à Rome. Ses objectifs : soutenir l’Eglise en Inde, favoriser le dialogue œcuménique avec les Eglises orthodoxes, freiner l’exode des chrétiens du Moyen-Orient. Les discussions porteront notamment sur les besoins de l’Eglise syro-malabare en Inde et de l’Eglise gréco-catholique d’Ukraine, ainsi que sur la situation en Syrie et en Terre Sainte.

Cette semaine, le père Federico Lombardi consacrait son édito hebdomadaire au sort des Syriens en évoquant les massacres quotidiens, les victimes innocentes de tous âges et appartenances religieuses, l’escalade qui se poursuit depuis quinze mois au moins. « Aujourd’hui, de plus en plus de personnes parlent d’une situation de guerre civile. Dans ce pays où cohabitent différentes composantes du monde musulman, et des chrétiens de différents rites et confessions, les rapports œcuméniques et interreligieux étaient traditionnellement sereins », analyse le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège.

Parmi les participants à l'assemblée de la ROACO : l’évêque chaldéen d’Alep, Mgr Antoine Audo, très préoccupé par l’évolution de la situation en Syrie, le responsable de la Custodie de Terre Sainte, le Père Pizzaballa, les nonces apostoliques à Damas et à Jérusalem et deux nouveaux archevêques majeurs : Mgr Georges Alencherry et Mgr Sviatoslav Shevchuk. Ils seront entourés d’organismes catholiques qui ont à cœur de soutenir financièrement les communautés catholiques d’Orient, comme l’œuvre d’Orient, par exemple, qui a récemment permis à l’hôpital de Nazareth d’acheter un microscope pour sa maternité.

L’année dernière, lors de la précédente assemblée générale, Benoît XVI avait demandé aux membres de la ROACO de faire tout leur possible, y compris en intervenant auprès des institutions civiles, pour que les chrétiens puissent demeurer en Orient, non pas comme des étrangers, mais comme des citoyens à part entière. L’Orient est de plein droit leur patrie terrestre – avait lancé le Pape en demandant que les chrétiens puissent y bénéficier de la même dignité et de la même liberté que leurs concitoyens.

MVL, d’après news.va

 

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie