France: passation de pouvoir


Partager
France: passation de pouvoir
Par Pierre Granier
Journaliste de CathoBel
Publié le - Modifié le
3 min

La passation de pouvoir entre Présidents de la République est un rituel qui a pris une nouvelle dimension avec l'investiture de François Mitterand. Celle de François Hollande a été marquée par la sobriété et l'hommage rendu à Jules Ferry et Marie Curie.

 

Le nouveau président des Français, François Hollande, a donc officiellement pris possession de l'Élysée ce 15 mai, à 10h45 précisément. Nicolas Sarkozy en est lui sorti, main dans la main avec sa femme, Carla Bruni. En dehors de ce fait notable, le rituel a été parfaitement respecté: accueilli vers 10h par l'ancien président, le président Hollande s'est vu confier le code secret de la frappe nucléaire avant d'aller signer le procès-verbal d’investiture et se voir présenter le grand collier de Grand maître de l’ordre de la Légion d'honneur. Dans la salle des fêtes de l'Élysée, les invités étaient peu nombreux et la cérémonie fut sobre, comme le discours de François Hollande marqué par les mots "réconciliation", "apaisement" et une volonté de rupture avec "l'hyperprésidence" de son prédecesseur.

Hommages symboliques

Après les vingt et un coups de canons tirés depuis la place des Invalides, les honneurs militaires de la garde républicaine, la remontée des Champs-Élysées, sous la pluie, pour ranimer la flamme du Soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe, le programme d'une journée d'investiture a pris un tour plus symbolique, en forme d'hommage.
En 1981, François Mitterand avait choisi de se rendre au Panthéon pour poser une rose sur les tombes de Jean Moulin, Victor Schoelcher (qui a définitement aboli l'esclavage en France, en 1848) et Jean Jaurès. L'image de l'homme d'État, accompagné, quelques mètres derrière lui, d'un impressionnant cortège, avait marqué les esprits. En 1995, Jacques Chirac avait décidé d'aller à Colombey-les-deux-Églises pour fleurir la tombe du Général de Gaulle tandis que Nicolas Sarkozy avait surpris en se rendant au Monument de la Cascade du Bois de Boulogne, lieu de mémoire pour 35 fusillés de la Résistance dont Guy Môquet, où fut lue la fameuse lettre de ce jeune communiste.
Pour François Hollande, il y a eu deux visites: au jardin des Tuileries et à l'Institut Curie. Au cours de la première, il a salué la mémoire de Jules Ferry, en tant que père de l'école de la République, gratuite, laïque et obligatoire, en oubliant que celui-ci a aussi laissé des déclarations sur les civilisations supérieures et inférieures. Dans la seconde, il a rendu hommage à Marie Curie, double prix Nobel de physique-chimie. Le symbole est ici pluriel. Le nouveau président met ainsi à l'honneur une femme tout en montrant le signe du respect de l'intelligence qui vient de l'étranger. Une manière de réaffirmer pour lui l'égalité homme/femme ainsi que la promesse républicaine d’intégration des immigrés.

Pierre GRANIER

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie