Jérusalem: Du respect pour les lieux saints


Partager
Jérusalem: Du respect pour les lieux saints
Par La rédaction
Publié le - Modifié le
2 min

Le Conseil des Institutions religieuses de Terre Sainte a vivement condamné les graffitis et les actes de profanation antichrétiens commis par des extrémistes juifs dans la nuit de lundi à mardi 7 février. Ces attaques visaient le monastère grec-orthodoxe de la Sainte-Croix, à Jérusalem, et une école mixte fréquentée par des élèves juifs et arabes.

le Conseil, rassemblant des représentants des trois religions monothéistes présentes à Jérusalem, a invité les personnes de toutes confessions – chrétiens, juifs et musulmans – à respecter tous les Lieux saints et les sites des trois religions. Il dénonce avec force "le comportement des extrémistes qui exploitent ou impliquent les lieux saints religieux dans un conflit politique et territorial".

Le prix à payer
Le groupe de colons se réclamant du slogan "Price tag" (le prix à payer), proteste contre le démantèlement des constructions juives illégales dans les territoires palestiniens, raison pour laquelle ces extrémistes ont déjà endommagé des installations militaires israéliennes. Mais pour se venger, ces colons s’en prennent aussi régulièrement aux biens des Palestiniens, saccageant des plantations d’oliviers ou des voitures. Ces militants dévoyés ont déjà incendié des mosquées en Cisjordanie, et depuis quelques temps aussi en Israël même, et également vandalisé des propriétés appartenant aux chrétiens.
Ces extrémistes issus des implantations juives en territoire palestinien ont signé leurs actes "Les Maccabées de Migron", une implantation illégale que le gouvernement israélien entend évacuer. Les murs du monastère de la Croix, à Jérusalem, ont été couverts de graffitis anti-chrétiens. Même s’il arrive que certains jettent des pierres sur l’entrée du monastère, cet édifice religieux n’avait jamais fait l’objet de telles attaques.

Des agressions de plus en plus fréquentes
La clôture en pierre du monastère et deux voitures ont aussi été taguées, et les pneus des voitures crevés. L’école primaire du centre "Main dans la main, pour l’Education arabo-juive en Israël", une institution bilingue, a aussi été vandalisée.
La classe politique israélienne a unanimement condamné ces attaques, les qualifiant "d’hooliganisme" et de "racisme", causant du tort à l’autorité de la loi et mettant en danger les tentatives de vivre en coopération et en sécurité. Le directeur exécutif du centre "Main dans la main", a lancé un appel à la Knesset, le Parlement israélien, afin de mettre en garde contre ces dangereuses dérives, après une série d’actes de vandalisme en décembre dernier, notamment l’attaque contre une mosquée à Jérusalem.

photo: le monastère grec-orthodoxe Sainte-Croix de Jérusalem

APIC/SB

Catégorie : International

Dans la même catégorie