Le secrétaire de Justice et Paix met en garde contre une autorité financière mondiale


Partager
Le secrétaire de Justice et Paix met en garde contre une autorité financière mondiale
Par La rédaction
Publié le - Modifié le
2 min

Lors d’une rencontre qui s’est tenue à Rome le 24 janvier sur l’apport de la doctrine sociale de l’Eglise à une réforme du système financier, Mgr Mario Toso, secrétaire du Conseil pontifical Justice et Paix a plaidé pour un engagement dans le "processus démocratique", sans perdre de vue "la reconnaissance de la loi morale naturelle et les exigences du bien commun mondial", afin d’éviter la constitution d’une "autorité de domaine global".

Selon le numéro deux de Justice et Paix, la constitution d’une autorité financière mondiale "en cette période de l’histoire, sans réformer l’Onu", en ferait une institution "aux mains des Etats les plus forts", a-t-il assuré. Il répondait ainsi aux critiques formulées suite à la publication, le 24 octobre 2011, d’une note émanant du Conseil pontifical Justice et Paix qui proposait la création d’une autorité publique mondiale afin de remédier à la crise financière. Cette note avait reçu un accueil mitigé au sein même de la Curie.
Le document – qui n’était cependant pas un texte pontifical – semble n'avoir pas été pleinement validé par la Secrétairerie d’État avant sa publication, créant alors quelques remous, au point que le circuit des textes au sein de la Curie romaine sera à l’ordre du jour de la réunion semestrielle des chefs de dicastère convoquée samedi 28 janvier par Benoît XVI au Vatican.

À noter que le président du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal ghanéen Peter Turkson, intervient ce jeudi 26 janvier au Forum économique mondial (WEF), à Davos, "sur son idée révolutionnaire de réforme du système financier international pour répondre aux besoins de la société".

Apic/imedia/lcx/bl

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie