Dimanche Express 2011 n°14 – Hebdomadaire du 10 avril 2011


Partager
Dimanche Express 2011 n°14 – Hebdomadaire du 10 avril 2011
Par admin
Publié le - Modifié le
2 min

Les soins palliatifs : une fin de vie accompagnée

Tous les malades en fin de vie se retrouvent face à des choix: tenter de prolonger sa vie? L'abréger? Explorer d'autres voies? Ou alors respecter l'évolution naturelle, en s'efforçant de valoriser le temps qui reste? C'est cette dernière voie que proposent les soins palliatifs. C'est un fait, de nos jours, 9 personnes sur 10 devront affronter la mort à cause d'une maladie incurable. Ce temps-là peut être long et donner lieu à d'autres maux: le mal-être physique, le mal-être psychologique, le mal-être social, le mal-être existentiel et enfin le mal-être global. Ce sont ces différents mal-être que les soins palliatifs prennent en charge.

Améliorer la qualité de vie

Pourtant, d'après un médecin généraliste: "Deux personnes sur dix ne savent pas ce que sont les soins palliatifs et trois sur quatre ignorent qu'ils peuvent être dispensés dans d'autres lieux que les unités spéciales." Ces soins cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille face aux conséquences d'une maladie potentiellement mortelle. Ils ne visent ni à guérir, ni à retarder l'évolution de l'affection. Ils se concentrent sur le soulagement des symptômes, le soutien psychosocial et l'accompagnement spirituel, avec un enjeu central: continuer à vivre le mieux possible jusqu'à la fin. Le 22 août 2002, une loi relative aux droits du patient a été adoptée, elle précise que chaque patient a droit à des soins palliatifs. Cela signifie qu'il peut en bénéficier dans l'accompagnement de sa fin de vie et qu'il est en droit d'obtenir une information sur son état de santé. Depuis 1991, des aides financières apportées dans le cadre des soins palliatifs sont accessibles. De plus, ceux et celles qui souhaitent accompagner une personne en fin de vie peuvent suspendre ou réduire leur activité professionnelle et bénéficier d'intervention financière de l'ONEM. La spécificité des soins palliatifs, c'est surtout l'accompagnement. "Ici, je ne suis pas qu'un colon. Je suis une personne", témoigne une patiente. Une accompagnatrice a dit: "Vous êtes important à nos yeux et vous êtes important jusqu'au dernier moment de votre vie. Nous ferons tout ce que nous pourrons non seulement pour vous aider à mourir paisiblement, mais pour que vous puissiez être vivant jusqu'au moment de votre mort." Le soutien apporté par les accompagnateurs permet au malade de faire mémoire du tissu de sa vie, de la trace laissée audelà de lui, grâce à lui ou malgré lui. La fin de vie est liée à un grand nombre de questions et de choix. L'exposition "Si un jour Je meurs" qui a lieu actuellement à Bruxelles les présentent avec sobriété, sensibilité et pédagogie. Un parcours qui a l'avantage de faire réfléchir et aussi de tirer ce sujet délicat hors des couloirs des hôpitaux.

Amélie de LIMBOURG

Catégorie : L'actu

Dans la même catégorie